Coups à la tête au hockey : ça va prendre un mort

Crosby, Perron, Pacioretty et la liste pourrait continuer sur encore quelques lignes. Les violents coups à la tête sont devenus un des fléaux les plus sournois à mettre en danger la vie des joueurs de la LNH. Et à regarder aller Gary Bettman et les bonzes du hockey, il ne faut pas s’attendre à de grands efforts pour corriger cette situation.

À l’approche des camps d’entraînement de la LNH, une question est sur toutes les lèvres : le meilleur joueur de la ligue sera-t-il en mesure de commencer la saison? Et dans quel état? Aucune ligue professionnelle normale ne tolèrerait une telle situation. Parlez-en au redoutable linebacker James Harrison des Steelers de Pittsburgh. Malgré son statut de joueur étoile, quatre sélections au Pro-Bowl quand même, la NFL n’a pas hésité à sévir lorsqu’elle jugeait que les plaqués du joueur de 6 pieds et 240 livres étaient dangereux. Et pas d’amendes symboliques, non, le numéro 92 s’est vu imposer des amendes à coup de 100 000 beaux dollars US la saison dernière. Bref, une ligue sérieuse ça ressemble à ça.

Quand Mike Richards essaye de décapiter David Booth au milieu de la glace, il s’en tire. Quand Zdeno Chara pousse la tête de Pacioretty contre la baie vitrée (et n’écope évidemment pas d’une suspension), il s’en trouve pour dire que c’était la faute du numéro 67 du CH, « y’avait juste à regarder où il s’en allait » ont beuglé plusieurs amateurs néanderthaliens.

La situation en est arrivée à un point tel que seulement un mort, en direct sur NBC Sports, pourrait faire raisonnablement réagir le country club de Bettman. Dans une ligue ou le livre des règlements est appliqué selon un complexe algorithme qui tient compte du score, des joueurs pris en faute, du temps restant à jouer mais aussi de l’enjeu de la partie, il ne faut pas s’étonner qu’au lieu de faire face au problème, on a préféré s’attarder à des détails insignifiants comme « D’où venait le joueur qui assomme son adversaire? » ou « Le gars qui a sûrement des lésions au cortex, aurait-il pu mieux se protéger ? ». Bref une ligue qui ne veut pas s’attaquer réellement au problème, de peur de déplaire aux fidèles mononcles qui applaudissent à tout rompre lorsqu’on lui montre les « meilleures » mises en échec de la saison sur le tableau afficheur, ça ressemble à ça.

Le jour où un gars mourra sous nos yeux, que ce sera un cadavre qu’on mettra sur une civière et non pas un gars dans le coma, là la LNH réagira. Pas avant. En fait non, une seule autre option pourrait faire bouger la « Ligne Nationale ». Une méga poursuite par d’anciens joueurs qui souffrent d’Alzheimer précoce à 45 ans, affirmant que la ligue ne les a pas adéquatement protégés durant leur carrière, ça, ça pourrait aussi faire bouger mononcle Gary. Parce que mononcle Gary est proche de ses cennes pis de celles des proprios de la ligue, là il pourrait réagir si on s’attaque à son butin.

D’anciens joueurs de la NFL préparent justement une poursuite contre le circuit Goodell parce qu’ils avancent que la ligue ne les a pas suffisamment protégés, et qu’aujourd’hui ils vivent avec d’importantes séquelles, notamment au cerveau. Je vous gage ma chemise que Bettman suivra ce dossier de très, très près.

 

Mathieu Gohier

Un commentaire

  1. Charles Campbell

    Le gros du problème c’est que les gouverneurs de la ligue sont des gens comme Brian Burke. J’aime Brian Burke, c’est un bon DG et en plus il est pas mal drôle quand il répond à Michael Landsberg. Le problème c’est que Burke et le reste de la vieille guarde pensent que « la game » n’a pas changer depuis qu’ils ne chaussent plus les patins. Burke dit ouvertement qu’il croit que les commotions cérébrales ont toujours fait partie du hockey et que dans son temps les joueurs vomissaient, manquaient quelques présences sur la glace et continuaient le match et la saison comme si rien n’était arrivée. Selon lui, ça a l’air « bin correct ». La différence c’est que les joueurs sont plus gros et plus fort qu’avant, les commotions sont plus sévères. Les joueurs sont obligés par les Burke et cie. de frapper pour rester dans la ligue, Matt Cooke ne serait pas dans la ligue nationale si n’était pas un joueur salaud et dangereux. Quand les DG de la LNH cesserons de donner des contrats à des joueurs comme Cooke, Steckel ou Downie, là je verrai la lumière au bout du tunnel, pas avant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :