Le «samedi» oublié

TORONTO — Jadis, ce sentiment m’était familier. Grâce à mes parents et mes amis ayant eu un permis de conduire prématuré, les Guerrero, Cabrera, Oh-Henry, Vidro, Wilkerson, Biddle et compagnie se produisaient devant mes yeux ébahis, et mon ventre rempli. Assis sur les bancs jaunes, à moitié rouillés, j’accomplissais le coït sans retenue. Rien ne pouvait gâcher ce moment. Rien. Zéro. Nada. Le toit du Stade ne me préoccupait même pas.

« Biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiière froide, cooooooooooooold beer. Crouuuuuuuuuuuuustilles, chiiiiiiips. Chiiiiiiiiens chauds, hooottttttttttttt-dogs. Pretttttttttttzels (avec de gros cubes de sel) ».

Ah, le vocabulaire de malbouffe du Stade, le stationnement labyrinthe et les coupes Longueil un peu partout. Croyez-moi, les deux heures d’auto en valaient le coup. Surtout dans les bonnes années des Expos. Rappelons que, malgré les dernières saisons de misère de nos Amours, ces derniers se sont battus pour le titre de Meilleurs Deuxièmes à quelques reprises. Pour un samedi bien meublé, sans même casser mon petit cochon, l’adolescent en moi se délectait d’une partie professionnelle de baseball, et de roteux lors des promotions Hot-Dog à 1 dollar!

Rien ne pouvait gâcher ce moment. Rien. Zéro. Nada.

Or, vous aurez imaginé : depuis leur départ, tout est gâché. Tout est souillé. Le Stade. Les ex-partisans. Ah oui, eux. Eux. Ils me font chier. Ceux qui se plaisaient aux Expos, mais qui se câlissent de leur départ. Ceux qui pouvaient faire le vide un samedi après-midi, se débarrasser de tout le tracas du boulot, ou de l’école. Je ne veux même pas leur adresser la parole. « En fait, ce n’est peut-être pas un sentiment oublié, sinon une simple transition de vie d’ado à une vie adulte. » « T’étais jeune, rien à te préoccuper. C’était avant ça. Ça serait différent là. » « Vous étiez 10 000 dans un stade de 50 000. On s’en fout des Expos. » Et la pire : « Va aux Alouettes. » Je les ai tous entendus.

Quelle est la meilleure méthode pour leur fermer le clapet? 10 heures d’auto! Samedi dernier, lorsque mes amis et moi sommes arrivés au Rogers Center (anciennement le Skydome), nous nous sommes regardés, bière en main et le sourire fendu jusqu’aux oreilles. La satisfaction. Des vrais petits enfants qui attendaient la prestation des Blue Jays de Toronto. Des hot-dogs partout, le reflet du soleil sur le gazon artificiel et les fanatiques de baseball aux alentours nous rappelaient ce sentiment oublié. Ce sentiment qui s’accapare de notre être, et chasse notre tracas du quotidien.

« Take me out to the ball game, take me out with the crowd. Buy me some peanuts and Cracker Jacks, I don’t care if I never get back.
Let me root, root, root for the Blue Jays, if they don’t win, it’s a shame. For it’s one, two, three strikes, you’re out, at the old ball game!!!!!! »

Et nous avons vu une traditionnelle coupe Longueil. Lors des matches, chaque stade devrait avoir ce type de personne insouciante.

C’est fou comment le baseball me manque. J’ai cru que le soccer montréalais colmaterait un trou, mais non. Du moins, je n’ai jamais flirté avec l’absurdité du football pratiqué près d’ici.  Les Expos sont désormais ailleurs, perdus, et oubliés. Or, les Blue Jays, les Red Sox et les Yankees, hors de portée dans ma jeunesse, se sont rapproché une fois ma vie d’adulte installée. Et, évidemment, Rodger, Jacques, Denis, les saucisses Lafleur et la Labatt 50 demeurent présents dans notre panorama québécois afin de nous faire vivre des sentiments qui ne devraient jamais être oubliés…

— Ce texte a été écrit par Rendall Sylvain-Hernandez, simultanément à la nomination de Rodger Brulotte à TVA Sport. RDS, vous auriez dû me téléphoner.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :